Les photographes de presse se livrent-ils de plus en plus à des manipulations qui défigurent les représentations de l’actualité ? Bernard Batais, éminent journaliste spécialisé, estime : « Etre un auteur, c’est d’abord savoir se servir de son œil, ressentir le monde et les choses, faire preuve de sensibilité, faire parler l’émotion. Ce que ne fera jamais un logiciel. » Mais la critique n'est-elle pas excessive ? On est toujours tenté de compenser ses faiblesses par une utilisation abusive des moyens techniques, et ces coups de gueule ne laissent pas insensible un pratiquant de bonne volonté. Mais ce désir de rattraper a posteriori des défauts auxquels on a toujours été confronté, ce que les équipements modernes permettent mieux que jamais, n'est-ce pas un penchant justifiable, à tout le moins naturel ? Dès lors, où s’arrête la correction légitime et où commence la manipulation contestable ?

IMG_1083_easyHDR_PRO_2IMG_1083

 

 









Avant... Après... Et pendant ?
Bouton_aller_au_suje_CREMEtBouton_retour_accueil_blog_CREME