Il a neigé sur Paris, ce 8 décembre 2010. Les journaux télévisés du soir en ont fait tout un plat, alors que la moitié de la France subissait ça depuis dix jours. De la neige sur Cherbourg ou sur Lyon, passe encore, mais, dans la capitale, est-ce bien convenable ? Les seuls qu'on n'entend pas, c'est les climatologues. Pourtant, j'aimerais qu'ils nous reparlent de ce réchauffement dont vous et moi sommes responsables, ne serait-ce que pour nous dire comment on pourrait l'accentuer un peu, en cet automne hivernal.

          Désolé, j'ai fait le service minimum. En me forçant, et de nuit. J'aime pas la neige, j'y peux rien, ça ne m'inspire pas. Je crois qu'il n'y a pas de flammes en enfer, seulement de la glace et de la neige. Quand je suis sorti de chez moi, je m'attendais à trouver de gigantesques embouteillages photogéniques, au milieu des congères, et je n'ai rien découvert qui vaille de soulever mon pesant appareil...

          C'est du noir et blanc, parce que ça ne vaut pas plus. En réalité, même en RAW,  il n'était pas possible de régler la balance des blancs à ma convenance, avec ce fichu éclairage public aux vapeurs de sodium. De la neige jaune, rouge ou verte : à tout prendre, je l'ai préférée blanche. Je signale, pour ceux que ce détail intéresse, que la Ville de Paris semble (je dis bien semble) se pencher intelligemment sur la question.

          J'aurais préféré photographier le beau temps à Marseille, où on sirote son pastis en chemisette, même si les grands pros nous rabâchent qu'on ne réussit de bonnes photos que par temps de chien (ce qui n'est pas faux). S'il reneige, j'essaierai de faire mieux, c'est promis.

IMG_3678_DxO_n_b

Des arbres, avec un trottoir au milieu et de la neige dessus.
(Focale 28 mm - 6400 ISO - 1/15 4.0)

IMG_3692_DxO_n_b

Le périphérique, même pas plus embouteillé que d'habitude.
(Focale 18 mm - 100 ISO - 1,3 sec. 3.5)

Bouton_retour_accueil_blog